Définition: le vodou en Haiti ou vaudou du Bénin
le vodou en Haiti ou le vaudou du Bénin, le culte des esprits, est originaire d’Afrique de l’Ouest. Il est maintenant très en vogue en Haïti. La croyance d’où le vaudou haïtien, est très riche et très diverse, se veut être un pont entre l’esprit et le monde qui nous entoure. La représentation occidentale a une conception erronée de cette religion, le vodou en Haiti ou vaudou Afrique y étant souvent lié à la magie noire. En réalité, le vodou en Haiti ou vaudou du Bénin transmet des valeurs sur le respect de l’environnement, de phytothérapie, de coutumes… Il est maintenant implanté au Brésil, à Cuba mais surtout en Haïti où 7 habitants sur 8 pratiquent les rituels vaudou, le vodou en Haiti ou vaudou du Bénin.
Vaudou africain et le vodou en Haiti : quelles différences ?

Le berceau du Vaudou se situe en Afrique de l’Ouest. Il s’est transplanté dans les Antilles et les Caraïbes lors de la traite négrière Transatlantique. De là, le vodou en Haiti s’est fortement différencié du vaudou Africain.
Le Vaudou africain est encore largement répandu au Togo, au Bénin. Ce culte trouve sa source dans l’ancien royaume du Dahomey. En Afrique, les esprits sont plutôt considérés comme des génies de la nature plutôt que comme des Dieux. C’est pourquoi le vaudou y est souvent qualifié d’animiste. Les esprits exerceraient une influence bénéfique pour les vivants sur Terre. Les esclaves noirs ont créés le vaudou haïtien ont supporté leur déracinement grâce à leurs croyances en leurs Dieux. Ils ont alors importé cette religion » le vodou en Haiti« , dans les Antilles où elle fut très imprégnée de catholicisme. Ainsi, Legba serait représenté sous les traits de Saint-Pierre, et Erzulie se confondrait avec la Vierge. Le Dieu des chrétiens est invoqué pour régir les Loas de la Nature.

Les Dieux vaudou et leurs actions: au coeur de l’actualité 

Les Dieux vaudous

Les Dieux vaudous, ceux-ci sont nombreux et méconnus. Nommés Loas, ces esprits sont invoqués lors des cérémonies.
Nous pouvons en citer au moins douze.
Papa Legba est le plus invoqué de tous. Il garde le passage entre le monde des vivants et le monde surnaturel. Sa représentation est celle d’un vieil homme portant un chapeau de paille, une pipe entre les lèvres et tenant une canne. A minuit, sa manifestation, kalfu, est mauvaise. (Les Dieux vaudous, sorciers vaudou)


Baron sam’di est le gardien des morts. Il erre dans les cimetières et est symbolisé par la croix. Il a du coton dans les narines, comme peuvent en avoir certains cadavres lors des préparations mortuaires. Il portent un chapeau blanc, un costume de soirée et des lunettes noires. Il est également le dieu de la luxure. Sa danse, la banda, imite l’acte sexuel.
Agoué est le dieu des mers, protecteurs des pêcheurs, des marins, des navires et de tout être vivant, animal ou végétal, vivant au sein des flots. C’est un métis aux yeux verts habillé d’un costume d’officier de marine. La sirène est sa femme, le blanc est sa couleur. Son palais fait office de coffre-fort pour la plus grande réserve de cartes marines au monde. Mais ces cartes sont défendue par un gardien.
Damballah est le dieu de la connaissance, représenté sous la forme d’un boa. Il s’gait d’un dieu bon, donnat fertilité et sagesse. Il permet de prendre les bonnes décisions. Vivant près des rivières, les offrandes de ses adorateurs sont de couleur blanche, sa couleur. Ceux dont l’esprit est pénétré par Damdallah sifflent et rampent à la ma,nière des serpents. (Les Dieux vaudous, rituels vaudou vodou)
La compagne de Damdallah se nomme Erzulie. C’est la déesse de l’amour, de la sensualité. Ornée de bijoux, exalant des parfums entêtants cette métisse est associée aux prostituées en regard de sa vie de luxure. Elle souhaite des parfums, des bijoux et autres objets féminins comme offrande. (Les Dieux vaudous, vaudou africain)


Shango est le dieu de la foudre et du tonnerre, du feu et de la guerre. Il vécut d’abord avec les hommes avant de rejoindre les divinités. Il est associé à la hache à double tranchants et est représenté habillé de rouge et de noir. (Les Dieux vaudous, prêtres vaudou)
Zacca est le dieu des paysans, protecteur des champs, des récoltes et du bétail.
Il porte un pantalon de toile et un chapeau de paille à la manière des paysans. Il tient une machette et un sac fait de feuilles de latanier (sorte de palmier).
Aïza est la patronne des marchands. C’est la protectrice des marchés et des portes. Epouse de Legba, c’est un bon Loa qui accorde la guérison à l’aide de plantes médicinales. Elle est incarnée sous la forme d’une vieillarde. Sa couleur est le blanc.
Yemanja, la déesse de l’eau, protectrice des femmes ; Elle est la mère de toutes choses.
Sakpata est le dieu de la variole et des maladies contagieuses. Il inflige ce châtiment à ceux qui auraient l’audace de lui manquer de respect ainsi qu’aux bandits.


Ogou est une famille de Loas. Ogou-ferraille, dieux des métaux et des forgerons, est représenté sous la forme d’un guerrier métis comme le reste de sa famille. Il compte beaucoup de serviteurs. Il est cruels envers ceux qu’il a enrichis mais qui font preuve d’ingratitude à son égard. Les possessions par Ogou sont spectaculaires et violentes. Les possédés hurlent et tremblent de tous leurs membres. (Les Dieux vaudous, marabouts vaudous)
Alegda est un mauvais Loas, terrifiant. Il est source de malheurs mais également de vie. (Les Dieux vaudous, hougan vaudou)
Pêcheurs et marins vouent un culte à la Sirène, belle femme-poisson au chant mélodieux. Epouse d’Agoué, elle est parfois accusé de kidnapper de jeunes garçons les nuits de lune.

Vaudou: culture vaudou, sa naissance et son histoire 

Le VAUDOU existe depuis la naissance de l’homme en terre d’Afrique, et son histoire n’a aucune frontière. Aujourd’hui, le VAUDOU alimente des phantasmes multiples véhiculés par des siècles de colonisation. On ne peut pas dire qu’il existe un VAUDOU ! Mais dirons-nous peut-être 100 VAUDOUS différents. Chaque VAUDOU étant adapté à ses propres règles telles que dictées par le HOUGAN qui en a la charge.
Le VAUDOU c’est avant tout un Art de grande Magie, métissé tout au long de son histoire et qui a su s’adapter à toutes sortes d’environnements. Le VAUDOU reste encore aujourd’hui un des plus puissants et redouté Arts de Haute Magie connus à ce jour.
VAUDOU vient du mot VAUDOUN qui, en dialecte « Fon », signifie ESPRITS. Le VAUDOU c’est le culte des ESPRITS que l’on appelle indifféremment LOAS, MYSTERES ou ZANGES.


La Culture VAUDOU est le seul héritage des africains jetés dans le nouveau monde. C’est un témoignage de la vitalité de l’identité humaine, de la résistance face à l’oppression. C’est une vision d’hier pour une alternative de demain.
Le VAUDOU est donc multiple car il est toutes choses pour ses enfants de la diaspora du nouveau monde. Il est médecine, justice, police, art, danse, musique ainsi que pratique religieuse.
La Culture VAUDOU est le seul héritage des africains jetés dans le nouveau monde.C’est un témoignage de la vitalité de l’identité humaine, de la résistance face à l’oppression.C’est une vision d’hier pour une alternative de demain. Le VAUDOU est donc multiple car il est toutes choses pour ses enfants de la diaspora du nouveau monde. Il est médecine, justice, police, art, danse, musique ainsi que pratique religieuse.
On peut être VAUDOU sans être pratiquant comme on peut être protestant et incrédule, bien que la naissance n’empêche aucunement de partager les valeurs du VAUDOU.


A l’origine du VAUDOU, nous trouvons les grandes médecines traditionnelles africaines, grandes magies exercées par les initiés dont on trouve la source au NIGERIA en passant par la GUINEE, le CONGO, la COTE D’IVOIRE, le GHANA, le LIBERIA, le TOGO, le BENIN, le CAMEROUN, le SENEGAL, etc…
Chaque pays possède plusieurs rites VAUDOU, même si l’appellation VAUDOU pouvait être différente et adaptée en fonction des besoins. Ainsi, les LOAS indispensables au VAUDOU ont des noms différents selon les endroits ou ils sont invoqués ; chez les soudanais ce sont des mlouk (melk au singulier), chez les Wolofs du Sénégal pratiquant le NDÖP il s’agira des RAB et chez les Ethiopiens pratiquant le ZÂR ils porteront lemême nom.

Une créolisation spirituelle

Les missionnaires apportèrent le Christianisme en Afrique. Il sera immédiatement “créolisé” et mélangé avec les magies traditionnelles locales. Par la suite vint l’esclavage avec la traite des Noirs. Nous sommes au XVIème siècle. D’après Mahtar M’Bow, Directeur Général de l’U.N.E.S.C.O. et confirmé par le C.N.R.S., ce sont plus de 100 millions d’Africains qui seront déportés durant 3 siècles, et on estime approximativement à 10 millions, les Noirs qui trouveront la mort durant le « voyage », et ce, d’après les carnets de voyages des négriers.
On ne parle bien entendu pas des autres « morts des conséquences… »
Ces déportés emporteront avec eux leur Magie Traditionnelle et la feront évoluer, notamment, avec toutes les autres Grandes Magies rencontrées aussi bien dans les îles que venant d’Europe.
C’est ainsi que le mélange détonnant de ces différents éléments donne une nouvelle naissance au VAUDOU duquel seront tiré les rites tels que nous les pratiquons actuellement.

Le Vaudou, moyen de lutte des Noirs

Pour qu’il commence à s’exercer de façon efficace dans la forme qu’on lui connaît, il faudra attendre encore un peu, le VAUDOU connaîtra son ère de clandestinité, puis c’est la grande révolte des esclaves qui fit naître la première République Noire de HAÏTI.
Le VAUDOU prend alors toute la puissance contemporaine que l’on connaît.
A partir de ce moment, le VAUDOU retournera en Afrique et il s’adaptera de nouveau avec d’autres magies traditionnelles, puis se dispersera dans lemonde partout où il y aura des Noirs.
Il serait absurde de penser que le VAUDOU de Port-au-Prince est l’unique héritier, parmi toute la descendance afro-caraïbéenne et américaine, du grand brassage culturel pluri-millénaire dont fit l’objet la culture de nos pères africains sur un continent de près de vingt millions de kilomètres carrés.
Pourtant nous pensons que la Culture Vaudou est unique parce qu’elle est bâtie sur la tolérance de la tradition de l’autre.
Des milliers de formes de VAUDOU existent. Parmi les plus connues : le VAUDOU BLANC (Vaudou RADA), équivalence avec ceux qui pratiquent en Europe ce que l’on appelle « la magie blanche » et le VAUDOU ROUGE (Vaudou PETRO), plus craint et redoutable car n’ayant pas de limite dans l’application de son rite.


Le VAUDOU ROUGE repose sur le culte et l’exploitation des morts, avec leur consentement ou pas s’il s’agit d’une réponse à un envoûtement du mal.
Reconnaissons que jusqu’à présent, aucun groupe humain n’a le monopole du bien ou du mal, et le VAUDOU lui ne s’en cache pas.
Dans le VAUDOU ROUGE, l’art d’envoûter et de désenvoûter n’a plus de secret pour les HOUGANS. Notons que le fait même d’envoûter ne signifie pas obligatoirement une emprise du mal. Envoûter peut également servir à mener une action en dégagement d’une personne ou pour ramener un conjoint qui se serait un peu trop éloigné. L’envoûtement dans ce cas sera passager et ne portera pas de conséquences larviques au demandeur, ou à la cible du demandeur.

Contact :

WhatsApp et Appel

Tel   :  +229 61  31  27   64

Email : papavodoun@hotmail.com

Site Web 

http://www.voyantmediumserieux.com/

http://voyancemediumpapavauou.blogspot.com/